visites


Documents

 

On trouve encore en vente chez les spécialistes de livres anciens quelques brochures datant de la construction du carillon ou de la restauration de 1952. C’est le cas, en particulier, du petit ouvrage d’Henri Boucher intitulé « Le Carillon de l’église Saint-jacques de Châtellerault ».

 

 

 

 

On peut le consulter à la médiathèque de Châtellerault, ainsi  que la brochure d’époque, due à l’Abbé Boislabeille, et qui reproduit, outre divers poèmes de circonstance, le discours de Monseigneur Mermillod. 

 Le Carillon de Saint-Jacques de Châtellerault : Comptes-rendus de cette fête. Poésies diverses. Discours de Mgr Mermillod, historique du carillon. Inscriptions des Cloches et Noms de leurs Parrains et Marraines

AUTEUR : Boislabeille EDITEUR : A. Blanchard, 1867 

La Bibliothèque Nationale de France met à disposition, sur son site « Gallica », le poème de l’Abbé Chauvin spécialement composé pour l’inauguration du carillon de Châtellerault.

Le « Glaneur Châtelleraudais », revue fondée par l’Abbé Longer, a consacré, au cours de ses parutions, quelques lignes au carillon de Châtellerault. A consulter en bibliothèque.

 

De 1965 à 1980, et principalement en 1967, l’année du centenaire, la presse locale a rendu compte des activités du carillon de Saint-Jacques dans les éditions de « La Nouvelle République », de « Centre-Presse » et de « Courrier Français ».

 

Mardi 21 septembre 1965, « Centre-Presse »,  article « 2ème de France avec ses 52 cloches, le carillon de Saint Jacques sortira-t-il de son sommeil ». 

Mardi 21 septembre 1965, « La Nouvelle République », article « Bientôt centenaire…. Le carillon de Saint-Jacques devrait être remis en état ». 

Dernière semaine de Septembre 1965, « Le courrier français », note dans la rubrique  Châtellerault « Le carillon de Saint-Jacques l’entendra-t-on à nouveau ? ». 

Samedi 5 et dimanche 6 février 1966, « La Nouvelle République », article « Le carillon de St-Jacques a retrouvé sa place dans notre univers sonore ». 

Mercredi 6 avril 1966, « La Nouvelle République », article « Quand les jeunes étudiants anglais visitent le carillon de St-Jacques ». 

Lundi 18 septembre 1967 , « La Nouvelle République », article « On fêtera le 1er octobre le centenaire du carillon de Saint-Jacques ».

Lundi 18 septembre 1967, « Centre-Presse », article « Le carillon de Saint-Jacques a 100 ans ». 

Mardi 19 septembre 1967, « La Nouvelle République »,article « Après le centenaire du carillon….. Le 9ème centenaire de l’église St-Jacques ». 

Jeudi 21 septembre 1967, « Centre-Presse », article « Un centenaire qui se porte bien : Le carillon de Saint-Jacques ». 

Vendredi 29 septembre 1967, « La Nouvelle République », article « Dimanche, célébration du centenaire du carillon de Saint-Jacques ». 

Mardi 3 octobre 1967, « La Nouvelle République », article « Une heure de carillon pour un siècle d’existence ». 

 

Quelques photos d'époque

 

Le carillonneur et une partie de l'assistance durant le concert du centenaire

   

Vues de la foule présente au concert du centenaire

 

 

En 1985, Henri Garnier, carillonneur de la cathédrale de Dijon et ancien Président de la Guilde des Carillonneurs de France, a publié un descriptif des 65 carillons français les plus représentatifs du moment. Le carillon de Châtellerault, en activité à cette époque, figure au nombre des instruments répertoriés. Cet ouvrage est accessible à la médiathèque de Châtellerault.

 

 

En 2002, le numéro de février du magazine des  Châtelleraudais, sous la plume de Francis Martin, consacre un peu plus d’une page à la découverte du carillon de Saint-Jacques.

 

Des archives, concernant le carillon de l’église Saint-Jacques et  réunies par Jacques Daunizeau entre 1965 et 2009, ont fait l’objet d’un don au service des Archives Municipales de Châtellerault où elles ont été déposées le 13 avril 2012. Elles seront consultables dès que le service en aura assuré le conditionnement.

 

Ces archives comportent un nombre important de brochures, de revues et d’enregistrements sonores. Elles contiennent également plus de 150 pièces musicales manuscrites spécialement composées pour le carillon de Châtellerault. Toute cette documentation est donc maintenant à la disposition des amateurs, des chercheurs et des futurs carillonneurs. Voir l'article de La Nouvelle République.

 

page précédente

 haut de page

page suivante